Jusqu’où va aller Elon Musk ?

Elon Musk

Le milliardaire Sud-Africain Elon Musk suscite autant d’éloges que de reproches. Mégalomane ou visionnaire, il attire toutes les attentions et est souvent comparé à Tony Stark.

 

A presque 50 ans, Elon Musk est à la tête d’une fortune estimée à plus de 20 milliards de dollars , ce qui en fait la 20 ème fortune des Etats-Unis. Ironie du sort : c’est grâce à des idées que tout le monde jugeait irréalisables et farfelues, que ce génial homme d’affaire s’est propulsé dans les 50 personnes les plus riches sur la planète. Son dernier coup d’éclat : expédier une de ses voitures Tesla en orbite ! Voici un petit tour échantillon de ses inventions.

Blastar :

Depuis son plus jeune âge, Elon Musk est un inventeur de génie, fanatique de l’espace. En effet, à seulement 12 ans il crée son premier jeu vidéo “Blastar”, espèce de mélange entre Space Invaders et Asteroid. Il vendra son jeu 500 dollars au magazine spécialisé « PC and Office Technologie ».

PayPal :

En 1999, peu après avoir vendu sa première start-up “Zip2” à AltaVista pour 300 millions de dollars, il annonce la naissance de sa banque en ligne “X.Com”. A la fin de cette même année, elle dénombre plus de 200.000 utilisateurs. En 2000, il découvre l’existence d’un système de paiement en ligne “Confinity”. Suite à une longue bataille pour attirer le plus d’abonnés, les deux sociétés s’unissent et donnent ainsi naissance à  PayPal. En 2002, le géant du commerce en ligne eBay rachète PayPal pour la modique somme de 1,5 milliard de dollars.

SpaceX :

Après s’être défait de PayPal, Elon Musk a enfin le temps de reprendre ses rêves d’enfant : se fabriquer une fusée. Après avoir cherché, sans résultat, un lanceur d’occasion que l’on pourrait réutiliser, il prend les choses en main et crée carrément sa propre entreprise spatiale : SpaceX (Space Exploration Technologies). Son but : installer une colonie sur Mars, en veillant à réduire le coût des lancements de sa fusée en la rendant réutilisable. En février dernier, son lanceur expédie la plus lourde fusée jamais conçue, la Falcon Heavy, et réussi le tour de force de faire revenir sur terre deux de ses boosters.

Tesla :

Deux années après avoir fondé SpaceX, Elon Musk décide de se diversifier en entrant au capital de “Tesla Inc”, fondée un an plus tôt par Martin Eberhard. La start-up conçoit alors une voiture de sport électrique, le Roadster I, aux capacités qui n’ont rien à envier aux moteurs thermiques. Elon Musk prend la tête de la société en 2008. Il fabrique d’abord une berline de luxe et sa version SUV, puis annonce en 2014 la Model 3, une berline accessible à “tout le monde”. Aujourd’hui la société est pèse 60 milliards.

Semi :

Après avoir chamboulé l’univers de l’automobile grâce aux voitures électriques, Elon Musk décide tout naturellement de s’essayer aux camions du même type. En novembre 2017, il pousse encore un peu plus les limites et présente “Semi” : le poids lourd entièrement électrique et autonome que va créer Tesla. Sa production n’a pas encore commencée, mais son carnet de commande compte déjà une vingtaine d’entreprise intéressées.

Hyperloop :

En vrai, Hyperloop appartient à Richard Branson, le célèbre patron de Virgin. Mais si cette société a vu le jour, c’est bien grâce Elon Musk. En 2013, fâché par le projet de TGV classique que commence la Californie, il lance ses ingénieurs sur le dossier Hyperloop Alpha. Ce train doit parcourir les 611 km entre Los Angeles et San Francisco en 30 mn. Ne pouvant être “au four et au moulin”, Elon Musk laisse ses plans au reste du monde, sur la base de l’open source.

SolarCity :

Là aussi, ce n’est pas Elon Musk qui est à l’origine de SolarCity, mais c’est tout comme ! En effet, il en a soufflé l’idée à deux de ses cousins : Peter et Lyndon Rive. Elon Musk y a bien évidemment injecté des fonds et en est devenu le président. SolarCity deviendra la plus grosse compagnie de panneaux solaires aux Etats-Unis. En novembre 2016, malgré la frilosité des marchés, Elon Musk réussit à convaincre les actionnaires de Tesla de racheter SolarCity.

Starlink :

En février dernier, c’est une nouvelle prouesse qui a été réalisée par SpaceX, en propulsant en orbite basse non seulement le satellite espagnol Paz, mais par la même occasion deux satellites tests que nécessite sa future constellation “Starlink”. Cette dernière a pour but d’offrir un Internet 10 fois plus rapide que la fibre et qui couvre la planète entière. Suite à ce premier succès, Elon Musk projette d’envoyer pas moins de 4225 satellites en orbite basse d’ici la fin 2021. Pour arriver à 12.000 en 2024.

 

Jusqu’où va aller Elon Musk ? Peut-être la téléportation n’est plus si loin…..

Tags:


Show Buttons
Hide Buttons